Présentation du microcontrôleur Teensy

Mon Arduino Uno étant dorénavant dédiée à la graveuse laser CoreXY, j’ai cherché un autre microcontrôleur pour bricoler. Notamment pour piloter Ableton Live en MIDI.

Arduino Leonardo m’intéressait pas mal, car elle a la capacité de se faire passer pour un clavier, une souris, ou un périphérique HID quelconque.

Pendant mes recherches, je suis aussi tombé sur la Teensy 3.1. Certes, cette carte n’est pas open hardware, MAIS :

  • Prix similaire à la Leonardo (20$)
  • 256Ko de mémoire flash (32Ko sur la Leonardo)
  • 64Ko de RAM (2.5Ko sur la Leonardo)
  • 72MHz (16MHz sur Leonardo)
  • Des entrées capacitives (« touch »)
  • Une sortie analogique (pas PWM, j’ai bien dit analogique)
  • Une taille ridicule (CMB)
  • Support natif du MIDI par le port USB, sans avoir à installer de driver!
  • Et j’en passe.

Voici une cartographie de la bête:

https://www.pjrc.com/teensy/teensy31.html
Vue de dessus
Source : https://www.pjrc.com/teensy/teensy31.html
https://www.pjrc.com/teensy/teensy31.html
Vue de dessous

Pour la programmer, ça se passe avec une Arduino. On utilise un câble micro USB-B, et le même IDE. Il faut juste installer l’add-on Teensyduino pour pouvoir gérer cette carte.

Donc, avec tous ces avantages, j’ai craqué direct.

Comme je disais plus haut, cette carte a la possibilité d’envoyer des commandes MIDI par l’USB très simplement. Par exemple:

[code]

usbMIDI.sendNoteOn(note, velocity, channel)
usbMIDI.sendNoteOff(note, velocity, channel)
usbMIDI.sendControlChange(control, value, channel)

[/code]

Pour la liste complète des capacités MIDI de la Teensy, la doc est ici.

Pour une liste des numéros de notes MIDI, c’est par .

Bref, elle a tout ce dont j’ai besoin pour fabriquer un petit pédalier MIDI, qui me servira à sampler des boucles de basse en live!

La chanson du matin

Ce matin, je me suis réveillé avec en tête, comme tous les matins, une chanson.

Cette fois, il s’agit d’Alligators 427, d’Hubert-Félix Thiéfaine. J’adore ce type. C’est un poète, un parolier hors normes, qui est à la fois cynique, délirant, complètement mélancolique, et hélas… souvent réaliste.

Alligators 427, c’est une chanson qui parle du nucléaire sur un rythme lourd et intense, et qui se charge au fur et à mesure de la chanson. Notre Hubert-Félix est surpuissant. Quelle émotion…