Prusa i3 opérationnelle !

J’ai reçu ma nouvelle Arduino Mega 2560, et enfin j’ai pu fabriquer mon premier cube de 10x10x10mm. Wouhou! Enfin les dimensions du cube n’étaient pas vraiment de 10mm, mais je n’avais pas encore vraiment configuré Marlin.

Après quelques réglages, j’ai pu avoir des mesures plus précises.

Hier soir, j’ai attaqué la procédure de calibration, et les tests s’avèrent plutôt positifs 🙂

Une fois cette procédure terminée, je vais me faire un kit de pièces de rechange, histoire de ne pas être pris au dépourvu en cas de pépin. Et après ça, je vais faire le nécessaire pour diffuser la bonne parole d’Adrian Bowyer, à savoir distribuer des kits de pièces plastiques pour que le nombre de machines disponibles augmente (et accessoirement amortir ma propre machine).

Et en parallèle, j’ai plein d’idées à exploiter 🙂

Prusa i3 : premiers tests misérables

Mes fins de courses sont opérationnels (paramétrage empirique dans le fichier configuration.h de Marlin). Donc maintenant, les boutons Home des 3 axes fonctionnent parfaitement.

Je suis passé au calibrage, approximatif dans un premier temps :

  1. Les axes X et Y ont l’air corrects de base (wouhouu!)
  2. J’ai par contre dû largement augmenter le nombre de pas par centimètre pour l’axe Z (1000), parce qu’on était vraiment loin du compte
  3. L’extrudeur était pas mal aussi de base : une commande d’extrusion de 10cm (sans la buse, autant ne pas gaspiller de filament) correspond à la louche à 10cm réels.

Je fais un petit cube de 1cm de côté, je l’exporte en STL, je le passe dans Slic3r, et je lance l’impression.

Ca commence pas mal, l’extrudeur fait 2 tours de terrain pour être sûr d’avoir de la matière à extruder, et il attaque mon cube. Sauf qu’au bout de 3 ou 4 couches, ça commence à chier dans la colle, la buse traine dans le PLA fraichement extrudé et ça ne va plus du tout! Arrêt d’urgence!

En fait, j’ai réalisé que le filament de PLA était bien poussé vers le bas par l’extrudeur (normal), mais ma buse s’est désolidarisée du corps de l’extrudeur (pas normal)…

C’est une buse J Head comme celle-ci:

jheadmivb

Et en fait, elle était simplement enfoncée en force dans l’extrudeur (c’était marqué tel quel dans le manuel je n’avais pas bien lu le manuel…). Sauf que ça ne suffit pas, de l’insérer en force, parce que le filament a l’air de pousser vraiment derrière…

Alors bon, je démonte mon bordel, et je vois 2 paires de trous de chaque côté de l’extrudeur, là où la tête de la buse est enfoncée. En gros, avec 2 vis M3 assez longues, la buse ne partira plus. Bien bien bien…

 

Prusa I3 assemblée

En deux jours, la machine a été assemblée et câblée.

J’ai branché l’alimentation et connecté l’USB en croisant les doigts, rien n’a cramé!

A partir de là, il a fallu faire discuter le PC avec la machine. J’ai opté pour Repetier, qui propose le logiciel client et le firmware. J’installe le client windows, j’upload le firmware depuis l’IDE Arduino sans problème.

Sauf que là… Rien ne se passe. Aucun mouvement des moteurs… Bon. Après un petit tour sur les forums, le problème semblait venir de la vitesse de communication entre le PC et l’Arduino.

Dans le fichier configuration.h du firmware, il faut passer le paramètre EEPROM_MODE  à zéro pour forcer l’utilisation du BAUDRATE indiqué dans le configuration.h.

Côté PC, il suffit d’indiquer la même vitesse de communication et hop! les moteurs ont répondu direct 🙂

Enfin… sauf l’axe Z, qui descendait bien, mais ne voulait pas remonter. Pour être certain que ce n’était pas un problème physique, j’ai inversé les connecteurs des moteurs Z, et là, ça montait mais ne descendait plus… Problème logiciel, donc.

Alors plutôt que de me prendre le chou à chercher (d’autant que personne ne semblait avoir été confronté à ce problème), j’ai changé le firmware, et je suis passé sur Marlin.

J’ai dû faire quelques réglages pour qu’il reconnaisse mes thermistances (extrudeur et heating bed), et ma foi, ça marche tout aussi bien.

J’ai pu faire ma première extrusion, en vue de calibrer distances sur les 3 axes. Pas vraiment une réussite, le lit n’était pas assez chaud et le bouzin s’est décollé. Mais j’étais quand même content de voir sortir un fil de mon extrudeur 😀

Ce soir je remets ça. Il faut déjà que Marlin reconnaisse mes contacts de fin de course, parce que pour l’instant, même en fin de course les moteurs continuent à tourner en forçant sur les courroies, j’aime pas, mais alors pas du tout! Saloperie, va.

Et une fois que ce sera ok pour les fins de course, je vais attaquer la calibration, histoire que 1cm dans mon fichier STL corresponde bien à 1cm sur ma pièce physique…

 

Construction d’une RepRap

 

Depuis que je suis tombé sur ces articles barbus en 2010, je m’intéresse de près à l’évolution des imprimantes 3D. Mais jusqu’à il y a peu de temps, c’était une belle galère (et une belle facture) pour arriver à se procurer l’ensemble des pièces nécessaires à la construction d’une RepRap.

Enfin, ça se démocratise gentiment, et on a maintenant le choix :

  • Acheter une imprimante « clés en main », propriétaire (genre Cube, Ultimaker, MakerBot). Ça a l’air de bien marcher, mais ça coûte encore un œil et un bras (plus de 2000€ pour une MakerBot Replicator prête à l’emploi, 1200€ pour un kit Ultimaker à monter soi-même)
  • Opter pour une imprimante open source RepRap, et dans ce cas :
    • Se démerder pour trouver les composants chez différents fournisseurs et assembler sa machine
    • Acheter un kit complet chez un seul fournisseur, à assembler soi même.

En ce qui me concerne, j’ai opté pour le kit complet RepRap chez un fournisseur unique et français. J’ai choisi la Prusa Mendel I3, le kit complet m’a coûté 650€ (+20€ de frais de port, 9Kg de colis quand même).

Le colis part de chez eux (Toulouse) cet après midi.

Je tracerai ici l’évolution du montage et du calibrage de la bête, qui devrait tôt ou tard ressembler la photo en haut de l’article…