Module SD universel pour Reprap: premier test grandeur nature !

Après une longue phase de debugging et d’incantations aux dieux de l’électronique, j’ai finalement osé tester mon petit montage sur l’imprimante 3D! (rappel des faits)

J’avais une boîte à imprimer pour madame, et j’ai profité de l’occasion pour essayer le bazar. Je ne vous cacherai pas qu’il y a eu quelques faux départs et réglages avant d’arriver à cette impression impeccable de 2h50 🙂

Le montage est connecté au port AUX1 de la carte RAMPS (connexion qu’on ne voit absolument pas sur cette photo…)

L’unique connexion se fait par 4 fils avec le port AUX1 du RAMPS. Ces 4 fils correspondent au +5V, 0V, Rx et Tx.

Donc ce module n’a pas besoin d’alimentation externe, ce qui est plutôt cool!

Et voilà une belle boîte pour ranger le mascara et autres poupouilles de salle de bain 🙂

Prototype de contrôleur à base de carte SD pour Teacup

Salut!

Comme je l’expliquais dans mon précédent article, je suis passé sur Teacup et mon contrôleur LCD/SD d’origine n’est pas compatible avec ce firmware. Et je n’ai pas du tout envie que mon imprimante 3D soit dépendante d’un PC pour pouvoir fonctionner.

Teacup gèrerait a priori la présence d’une carte SD, mais visiblement il  faut envoyer du G-Code pour lister les fichiers (via un PC, donc…), et l’ensemble n’est pas vraiment documenté. Même chose pour l’affichage.

Alors je me suis lancé dans la conception d’un contrôleur qui discutera avec le firmware de la machine, quel qu’il soit. Rien que ça, mon pote!

Idéalement, il disposera d’une interface web (ESP8266 powaaa!), mais pour le moment j’ai fait un proof of concept avec une Teensy 3.2, un afficheur OLED SSD1306 et un lecteur de carte microSD. Et le pire dans tout ça, c’est que ça a l’air de marcher!

Voici le montage en mode breadboard:

A gauche, l’écran, au milieu le lecteur microSD, à droite la Teensy, et en haut l’Arduino Mega 2560 (avec Teacup). Au dessus de tout ça, un sacré bordel de fils. A gauche, une résistance de 220Ω qui n’a rien à faire dans le montage, mais oh, je suis encore chez moi, non?!

La communication entre mon petit bazar et Teacup se fait par port série. Après l’envoi de chaque commande, le programme attend l’acknowledgement du firmware (un bête « ok ») avant d’envoyer la commande suivante.

Pour le moment, j’affiche juste la ligne courante sur l’écran, mais je vais faire évoluer ça pour afficher les températures et l’avancement de l’impression.

Changement forcé de firmware sur l’imprimante 3D

Une nouvelle année s’ouvre à nous, et je vous la souhaite bien bonne!

Pour démarrer en beauté, j’ai commencé par « casser » mon imprimante 3D. Bravo champion!

L’histoire a commencé (enfin c’est ce que je pense) alors que je regardais jusqu’où je pouvais pousser mon plateau Y, dans l’idée d’imprimer une pièce assez grande (une pièce de quadricoptère, mais j’aurai tout loisir de revenir là-dessus dans les mois à venir!)

Bref, suite à ça, je vais pour imprimer une petite pièce en PLA, et là, paf! le plateau ne chauffe pas. Je contrôle la résistance du plateau, 1Ω et quelques (correct), mais à la sortie du RAMPS, j’avais 2 pauvres volts qui se couraient après pour alimenter le plateau (normalement on est à 12…)

Visiblement un fusible ou un Mosfet a grillé à cause d’un court circuit que je suppose provoqué par ma poussée un peu extrême du plateau (oui, les connexions sont artisanales…)

Alors je ne me démonte pas de souci, je remplace le RAMPS par un deuxième que j’avais en stock. Je rebranche tout mon petit bazar, j’allume, et là… j’ai plus rien compris au fonctionnement des moteurs. X et Y nickel, par contre Z et extrudeur ne tournaient plus. Ou si. Ah, et puis finalement non.

J’ai flashé l’Arduino avec la dernière version de Marlin, pas mieux. Alors après analyse, un des Pololus avait grillé, mais même en le remplaçant, j’avais un fonctionnement totalement aléatoire des moteurs Z et E…

Au bout d’une journée et demie d’agacement intensif et d’une envie (heureusement réprimée) de sauter dessus à pieds joints, j’ai décidé d’installer un autre firmware déjà essayé dans le passé sur une autre machine: Teacup.

Hé ben tu l’crois, tu l’crois pas: tout est rentré dans l’ordre. Les 4 axes fonctionnent, les endstops aussi, le plateau chauffant et la buse aussi, il n’y a plus qu’à tout recalibrer (depuis l’écriture ce cet article, c’est fait et ça marche nickel).

Des fois faut pas trop chercher… En tout cas pour moi, Marlin, c’est fini. Non Marlin, ne dis rien, je ne t’écouterai pas! Mais il va quand même que je trouve un palliatif pour pouvoir imprimer depuis une carte SD parce que là, je dois me brancher en USB depuis le PC…

Petits poulpes flexibles

octopus
Trois petits poulpes. Source : http://www.thingiverse.com/thing:27053

J’ai corrigé un peu mes réglages :

  • Extrusion multiplier : de 0.7 à 0.82
  • Plateau : pas besoin de chauffer du tout
  • Vitesse de remplissage : 20mm/s

Hier j’ai imprimé la première bestiole sans aucun remplissage ni support. Un peu osé… Tout allait bien jusqu’au sommet de la tête, évidemment…

La fuite du cerveau...
La fuite du cerveau…

Ce soir j’ai remis ça avec un remplissage à 10%, puis à 25%.

A 25%, le sommet du crâne est meilleur.

Le cerveau reste en place
Le cerveau reste en place
Bonjouuuur!
Bonjouuuur!

Test du filament Ninjaflex

Je viens de recevoir une bobine de 750g de ninjaflex, le filament flexible!

J’avais lu sur le net que c’était peut-être le meilleur filament pour imprimer des pièces flexibles, alors j’ai franchi le pas…

Au toucher, le filament est vraiment différent du PLA. On peut faire un noeud avec (pas trop serré mais quand même pas mal).

Sur leur site sont indiqués les paramètres d’impression conseillés:

  • Heatbed : 50° maxi
  • Extrudeur : 210 à 225°
  • Vitesse : 20mm/s

J’ai attaqué très fort en tentant directement d’imprimer une courroie crantée, ben laisse tomber. L’horreur, avec des sauts partout, des rétractations et la vitesse pas maitrisée… Trop compliqué pour une première 🙂

Du coup je me suis détendu un peu et j’ai fait une petite courroie lisse, ce qui m’a permis d’observer dans un contexte tranquille comment se comporte le ninjaflex à l’extrusion.

Quels objets magnifiques...
On peut voir le passage de 220° à 230° sur le cube

Impression de la pièce…

A noter qu’il faut bien serrer le idler de l’extrudeur, sinon la vis d’entrainement va patiner facilement.

Premier point, je confirme: il faut imprimer à très basse vitesse (16-20mm/s). J’ai l’impression que si on essaie d’aller trop vite, le débit n’est pas suffisant. En fait si pousse trop fort, le filament va se tasser et aura du mal à sortir…

Pour ce qui est de la température du plateau, 40 c’est suffisant. Ça colle vachement bien (presque trop).

Enfin pour l’extrudeur, 230° au compteur (j’ai essayé plus bas au début, mais les couches se collent quand même mieux à 230).

Si si, je confirme...

…Impressions sur la pièce

Ce n’est pas élastique (on ne peut pas l’étirer), mais juste souple.

A l’extrusion, le plastique n’a pas tendance à s’étaler en largeur comme le PLA, il s’étire plutôt. Du coup les surfaces ne sont pas hermétiques.

La vache, c’est super lent :(… Le petit cube creux (15mm) a été imprimé en 40 minutes! Il a le fond imprimé à 220°, et le reste à 230°. Et il se décolle tiens…

Bon, il y a du réglage à faire, mais le résultat est plutôt cool!

Pouic pouic
– Hein que c’est cool ?
– Pouic pouic!

Extrusion irrégulière et J-Head bouchée

Non mais j’te jure…

J’ai dernièrement été confronté à des grosses irrégularités d’extrusion lorsque j’imprimais des pièces. Genre ceci :

Source : http://forums.reprap.org/read.php?4,237727
Source : http://forums.reprap.org/read.php?4,237727

Le truc terrible, c’est que parfois les pièces sortaient impeccablement, et parfois c’était bien pire que cette photo, c’est à dire complètement pourri.

J’ai changé la buse, j’ai remplacé la vis d’entraînement par une version « industrielle » taraudée. Que dalle. Walou.

J’ai alors pensé à un problème de température de la buse, peut être que la thermistance change un peu de caractéristique avec le temps. Penses-tu!

Et enfin je me suis souvenu que dans le passé j’avais rencontré un problème similaire, la cause étant un mauvais refroidissement du cold-end de ma j-head.

La méga loose… Ça m’a d’autant plus pris la tête que je connaissais ce problème…

En fait à cause de la chaleur qui remontait, le filament se ramollissait trop haut dans la J-Head et finissait par bloquer l’extrusion.

Dans ma configuration de Slic3r, dans Filament settings, j’étais en mode Auto cooling.

J’ai décoché le tout et :

  • Dans Printer settings > Custom G-Code > Start G-Code, j’ai ajouté la commande de démarrage du ventilo à pleine puissance : M106 S255
  • Dans End G-Code, j’arrête le ventilo : M107

Mon ventilateur est branché sur les bornes D9 du RAMPS.

Et là, tu le sens, le courant d'air dans tes ailettes??
Et là, tu le sens, le courant d’air dans tes ailettes??

Alors ce week-end j’ai pu imprimer une bonne partie d’un kit i3 qu’on m’a commandé tout récemment, et que j’avais peur de ne pas pouvoir honorer… J’ai sauvé ton kit, Xavier 😉

La pensée du jour

Il y a une chose qui revient souvent lorsque je parle d’impression 3D avec des gens qui ne connaissent pas ou peu le domaine, c’est « t’as vu, il y a des mecs qui font des armes avec! »

Oui, ben oui, qu’est-ce que tu veux que je te dise… Les américains sont comme ça, tu leur donne un outil, ils en font un flingue, et tu leur donnes un flingue, ils s’en servent… Soit dans un club de tir, ce qui est un moindre mal, soit à l’école, dans la rue ou au cinéma, ce qui n’est pas top… Et même plutôt déprimant en fait.

Personnellement, imprimer le fameux liberator ne m’intéresse pas, et je n’ai même pas envie d’en récupérer les plans pour voir comment il est fait.

Du reste, j’aurais bien trop peur qu’il m’explose à la gueule en appuyant sur la gâchette! Rappelons que l’imprimante 3D est avant tout un outil de prototypage Même si on peut évidemment (et heureusement!) fabriquer des pièces utiles et assez solides pour être utilisées, quand on commence à mettre des balles là-dedans, il y a de très violentes contraintes mécaniques qui entrent en jeu. Et je n’ai pas vraiment envie de tenter…
Donc OUI, je sais que certains fabriquent des armes, et NON, ça ne m’intéresse pas.

Il y a tellement de choses plus intéressantes à faire avec une telle machine! D’autres machines par exemple 🙂

En parlant de ça, la fraiseuse avance toujours, j’ai dû remodéliser certaines pièces qui n’allaient pas, ou qui rendaient la machine difficile à démonter.
En tout cas, j’ai vraiment hâte de la faire enfin fonctionner.
Et récemment, je suis tombé sur ces deux sites :

http://www.wikihouse.cc

wikihouseCe projet de maisons open source en bois m’a littéralement troué. On a tout ce qu’il faut pour construire des maisons à moindre coût et qui tiennent la route!
Alors avec ma future fraiseuse, je ferai une cabane à oiseaux, et si je suis fou, j’en ferai une autre qui pourra attaquer du contreplaqué full-size, et qui sait, je ferai un local pour la mettre! Tu te fabriques des outils pour fabriquer des outils pour fabriquer les locaux dans lesquels tu mets ces outils… Sans déconner…

https://www.opendesk.cc

opendeskAvec les plans disponibles librement sur ce site, hé ben on peut fabriquer les meubles qui vont équiper la maison susmentionnée… Enorme.

Alors Cody, plutôt que de faire des flingues, tu ferais mieux d’utiliser ton cerveau et tes machines pour faire des maisons…

Vis d’entrainement du filament (hobbed bolt, comme ils disent)

Dernièrement, j’ai eu un problème d’extrusion, plus rien ne sortait… La vis patinait sans raison apparente. Sachant que j’avais imprimé une pièce 1h avant, ça m’a légèrement cassé les noix.

J’ai démonté 3 fois ma J-Head, enlevé du filament bloqué dedans, remonté, et rien à faire, ça ne sortait toujours pas.

Alors je l’ai démontée une quatrième fois, j’ai retiré la buse, et je l’ai décapée au chalumeau jusqu’à ce qu’elle soit complètement vide.

En la remontant, j’en ai profité pour retirer la vis d’entrainement de l’extrudeur pour la nettoyer. Celle-ci avait l’air émoussée. Ça me semble improbable que le PLA puisse user l’acier à ce point…

Vis d'entrainement émoussée

Je me suis donc mis en tête de me refaire une vis d’entrainement…

En cherchant un peu sur le net, j’ai trouvé deux écoles :

Les taraudeurs :

hobbed_bolt_tap

Les dreméleurs :

hobbed_bolt_dremelJ’ai choisi la deuxième option. Alors heureusement, le nettoyage de ma buse lui a fait du bien et j’ai donc pu imprimer ceci :

bolt hobbit
The little bolt hobbit, by Elk. https://www.thingiverse.com/thing:23717

Excellent outil, n’est-il pas? Monstrueusement bien pensé, même, je dirais.

Ma version est un peu cheap, mais elle fonctionne 😀

Par contre le mec, je ne sais pas quelle est l’épaisseur de son disque, mais il arrive à faire 30, voire 32 fentes! Personnellement, j’ai fait un premier test avec 8, et au final je suis monté à 10. Plus, ça me semble utopique, vue l’épaisseur de mes disques.

En tout cas, sur le filetage du boulon, ça fait des pique-piques assez sympathiques.

Je l’ai installé dans mon extrudeur et… ça marche!

Je viens de voir que certains sites vendent ce genre de vis 6€ hors frais de port… Si on a une mini perceuse genre Dremel, franchement, il ne faut surtout pas hésiter à la faire soi-même.

Quand la buse est trop près de la plaque de verre…

Nouveau problème récent avec ma Prusa 🙂

Jusqu’à présent, j’avais imprimé des objets avec une surface relativement réduite. Ce week-end, j’ai lancé l’impression d’un objet dont la base est un disque plein de 9cm de diamètre. Epaisseur de la 1ère couche : 0.1mm, épaisseur des autres couches, 0.2mm.

L’impression démarre, je surveille un peu, ça a l’air de rouler, alors je la laisse continuer comme une grande.

Je reviens 1h30 plus tard, et là… C’est le drame. Enfin le drame… Disons que l’impression se déroulait correctement, mais sans extruder quoi que ce soit. Sympa… J’ouvre l’extrudeur, et là, je vois que la vis rugueuse qui entraine le filament a patiné, et a bouffé le filament sur la moitié de son épaisseur. Sur le coup, je me dis que comme c’est la fin du rouleau, les boucles sont plus serrées, et peut-être que la descente du filament est gênée par cette courbure.

Je retire le filament de la base, je passe sur une bobine neuve, je réinsère le filament. En le poussant à la main, ça sort en bas.

Alors je relance l’impression, mais même topo. Le filament est bloqué dans sa descente, et la vis patine.

En retirant le filament, je me rends compte qu’il y a une espèce de surépaisseur à la jointure entre le Jhead et l’extrudeur.

Hé ben vous savez quoi? La sortie de ma buse était trop proche du verre. A l’impression de la 1ère couche, le PLA était gêné à la sortie. Cela provoquait une surpression dans le Jhead, ce qui entrainait un bourrage à la jointure entre le corps de l’extrudeur et le Jhead, bloquant le filament. Et la vis d’entrainement patinait.

En remontant très légèrement le zéro de mon Z, la matière sort plus facilement et du coup, plus de bourrage 🙂